Duo Salque-Peirani



« Un son, un sens des couleurs et des dynamiques inouï »

Le Nouvel Observateur

« Tout simplement phénoménal »

Leur premier album « Est » élu « Citizen jazz »

« Une langue nouvelle s’invente : rayonnante, provocatrice, déchirante ou jubilatoire »

Sud-Ouest

Du classique, ils ont cultivé le panache et la rigueur, des musiques du monde ils ont nourri leur imaginaire, du jazz ils ont développé l’envoûtement des rythmes et des palettes sonores !

Ces deux artistes d’exception nous invitent au voyage dans le monde des musiques écrites ou improvisées et projettent des éclairages nouveaux sur le répertoire savant, les thèmes traditionnels d’Europe centrale, le tango et le jazz pour créer un langage original et jubilatoire.

Couronné aux Victoires du Jazz en 2014, élu « Artiste de l’année » par la revue Jazzman, Vincent Peirani est l’artiste que tout le monde s’arrache. Sa vision musicale cosmopolite et décomplexée, son sens inouï des croisements et des couleurs lui permettent d’apporter des touches magiques.

Quand à François Salque, plusieurs fois couronné par les Victoires de la Musique, récompensé par les plus hautes distinctions des critiques… il fait aujourd’hui référence. Sa sensibilité, sa virtuosité époustouflante et son charisme l’ont conduit dans plus de 70 pays et en ont fait une personnalité incontournable du monde de la musique.


« Un souffle extraordinaire »

Concerto.net

« Fantaisie et liberté. Son glorieux et maîtrise totale…Un Salque aux phrasés vibrants et intenses »

Diapason

François Salque :

Diplômé de l’université de Yale et du Conservatoire de Paris, François Salque est, très jeune, primé dans les concours internationaux (Genève, Tchaïkovski, Munich, Rostropovitch, Rose…) « La sensibilité et la noblesse de son jeu alliées à un charisme et une virtuosité exceptionnelle » (Pierre Boulez) lui permet de remporter pas moins de dix premiers prix et autant de prix spéciaux.

Ses concerts l’ont déjà mené dans plus de 70 pays et ses disques en soliste et en musique de chambre en compagnie de Paul Meyer, Emmanuel Pahud, Eric Le Sage ou Alexandre Tharaud ont été salués par la presse (Diapason d’Or de l’année, Chocs du Monde de la Musique, 10 de Répertoire, Prix de l’Académie Charles Cros, Victoires de la Musique, Palme d’Or de la BBC…).

Il signe également 7 disques remarqués avec le quatuor Ysaÿe dont il a été pendant 5 ans le violoncelliste.

Son engagement pour la musique de notre temps lui a valu de nombreuses dédicaces de compositeurs contemporains, notamment de Thierry Escaich, Karol Beffa, Jean-Baptiste Robin, Nicolas Bacri, Jean-François Zygel, Jean-Frédéric Neuburger, Krystof Maratka ou Bruno Mantovani. Il est également à l’origine de nombreuses créations, mêlant inspirations contemporaines et musiques traditionnelles et enregistre 2 albums   particulièrement originaux en duo avec l’accordéoniste de jazz Vincent Peirani.

François Salque enseigne aujourd’hui le violoncelle à la Haute Ecole de Musique de Lausanne et la musique de chambre au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Sa profondeur musicale, sa technique et son éclectisme en ont fait une personnalité incontournable du monde de la musique.


Vincent Peirani :

Comme toutes les musiques populaires, le jazz est une musique de fortes personnalités.

La reconnaissance internationale de l’accordéoniste Vincent Peirani repose sur cette qualité essentielle, fondamentale. Son charisme musical, son imaginaire hautement singulier, la conception de son art, fruits d’un parcours sans œillères, frappent très tôt tous les esprits.

Après de brillantes études classiques (nombreuses récompenses internationales), sa plongée dans l’univers jazz se révèle en effet d’emblée marquée du sceau de la réussite jusqu’aux couronnements en 2014 et 2015 aux Victoires du Jazz.

Quel que soit le style, Vincent Peirani transforme tout ce qu’il touche en or : jazz bien sûr, outre ses propres projets, collaboration avec Daniel Humair et Michal Portal, entre autres… chanson française (Sanseverino, Les Yeux Noirs…) musiques de film (composition pour le film Barbara de Mathieu Amalric en 2017), etc…

Le public suit car à chaque prestation, il place ses auditeurs dans une situation où l’évidence musicale (reprises inventives de thèmes connus) se trouve équilibrée au bienheureux inattendu, le savant tutoyant le populaire, ce qui est précisément l’art des grands.

Celui qui a renouvelé le langage de l’accordéon depuis maintenant 10 années est à présent un artiste incontournable, l’un de ceux dont la vision musicale cosmopolite et décomplexée, le sens inouï des croisements et des couleurs, lui permettent d’apporter cette touche magique si rare et si précieuse.

Crédits photos : ©Marc Chesneau, ©Loic Gayot

GDPR cookie consents with Real Cookie Banner